Les Supers Granos de l’été 2016

Entrepreneuses inspirantes:

La Folle Théière

Sherbrooke, QC, Canada

A la découverte de l’existence de son restaurant/ salon de thé La Folle Théière, j’ai tout de suite été emballée à l’idée de te rencontrer la co-propriétaire, Emilie pour en savoir plus! A mon sens, thé et végétalisme, sont des points gagnants pour une entreprise moderne, axée sur le bien-être, et éco-concernée. Aussi il m’est paru intéressant de connaître les personnes derrière un projet si responsable et somme toute très alléchant. Aujourd’hui, j’aimerais donc présenter cette jeune femme fantastique de passion, de professionnalisme et de gentillesse, à mes chers lectrices et lecteurs, qui pourront j’en suis sûre trouver en elle un exemple d’entrepreneuse inspirante qui parvient à donner à sa vie, le sens qu’elle souhaite!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bonjour Emilie, tu es co-propriétaire avec la belle Martine du salon de thé Folle Théière qui est aussi l’un des rares restaurants  végétaliens de la ville de Sherbrooke ! Puisque je découvre que vous êtes mère et fille, ma première question pour toi sera évidemment; comment vit-on le fait de travailler avec sa maman?!

Emilie: Superbement! Nous avons toujours eu une très bonne relation toutes les deux, c’était donc tout naturel de travailler ensemble.

Mais comment vous est venu cette idée géniale d’ouvrir votre propre restaurant végétalien et salon de thé ?

EmilieJ’étais étudiante en automne 2013 à l’université, en philosophie, quand ma maman à perdu temporairement son emploi. Elle avait depuis longtemps dans l’idée d’ouvrir son propre salon de thé… Alors lorsque cette occasion de repartir à zéro professionnellement s’est présentée, nous nous sommes dit:  » C’est maintenant ou jamais, essayons! « . Nous avons commencé avec l’idée des thés et desserts. En consultant lors de nos démarches l’organisme à but non lucratif Pro-Gestion , du centre-ville, pour démarrer une entreprise, nous avons compris qu’il fallait ajouter un menu alimentaire à notre carte de thés, afin de mieux répondre à la demande  auprès de notre clientèle potentielle. Le végétalien et sans gluten s’est imposé afin de rester fidèles à notre style de vie. Puis nous avons découvert les vertus de l’alimentation crue avec les cours de Crudessence, ce qui nous a beaucoup intéressé aussi pour notre menu.

4
Photographie: Tous droits réservés @Ma Coach Grano 2016; Le fameux bol vitalité de La Folle Théière !

Vous êtes donc vous-même végétaliennes?  Parlons un peu de ce style de vie ! Pensez-vous qu’il y a une bonne part de marché pour le « domaine » végé’ à Sherbrooke?

Emilie: Dans la famille, nous mangeons végétarien et sans gluten. Mon père a suivi une formation courte en nutrition sur les effets du gluten et du lait,  cela a encouragé notre changement de mode d’alimentation. Je suis une végétarienne au sens « non strict » du terme. Je ne veux pas imposer mes choix aux autres, et je ne suis pas dans une optique d’entrer en conflit avec ceux qui ne sont pas végétariens. Dans ma famille par exemple, je trouve que cela est repoussant d’agresser les autres en refusant leurs plats. Je préfère leur faire simplement découvrir ma façon de manger et qu’ils l’acceptent par eux-mêmes!

Au niveau du restaurant, nous proposions au début un tout petit menu, incluant des soupes crues ou chaudes, des trio salades et deux sandwiches! Avec le temps, notre menu s’est élargi car la nourriture végétarienne était effectivement quelque chose qui intéressait beaucoup les clients de cette zone (CLSC, palais de justice, professionnels…). Nous avons rajouté entres autres notre fameux bol vitalité, des crêpes crues, des falafels, et le menu s’élargit toujours progressivement, au fil de nos idées et découvertes, car nous n’avons pas de formation à proprement parler en cuisine… Nous testons sans cesse en gardant comme ligne directrice de rester végétalien et sans gluten le plus possible!

Depuis combien de temps es-tu végé? Qu’est ce qui t’as décidé à le devenir?

EmilieDepuis début 2013. En fait, j’ai suivi un cours de philo sur l’éthique animale. C’est simple, mais c’est vrai qu’en y pensant, ainsi qu’en considérant les effets de la viande sur la santé, j’ai eu envie de rayer la consommation animale de mon quotidien ! Tout s’est confirmé lorsque j’ai lu le rapport Campbell , qui est le compte-rendu du travail anthropologique d’un médecin américain. En étudiant en Asie les habitudes alimentaires de personnes vivants dans de petits villages , il permet d’établir qu’il y aurait un lien entre les aliments et les maladies, tout particulièrement les protéines animales qui seraient vraiment néfastes sur la santé!

Illustration; Tous droits réservés @ Amazon, Editions J’ai Lu, TC Campbell & TM Campbell

Etre végétarien serait donc mieux que ce que l’on en perçoit souvent ! Que penses-tu des idées reçues selon lesquelles les végétariens et les vegétaliens sont des personnes qui ne vivent que de privation et ne s’adonnent qu’ à l’activisme auprès des zoos et au nettoyage des plages polluées dans leur temps libre ?

EmilieJe suis végétarienne pour me sentir mieux dans ma peau; j’ai les mêmes désirs et les même buts dans la vie que tout le monde donc! Chacun d’entre nous, nous faisons ce que l’on veut faire si on sent que c’est le mieux pour nous; je crois que c’est seulement une minorité des végés qui est beaucoup plus activiste.

Comment s’est passé ta transition vers le végétarisme? Quels en sont les moments forts et les moments plus difficiles?

EmilieParfaitement! Je n’ai jamais aimé vraiment le goût de la viande et j’ai toujours su cuisiner végé. Alors je voulais tellement devenir végétarienne dès le début, que j’ai coupé tout à 100%. J’ai mis plus d’un an avant de re-manger un peu de viande quand mon choix a été fait. Et chez les gens, je mangeais seulement l’accompagnement.

Y a t’il un mythe sur les végétariens que tu as entendu le plus souvent ?!

Emilie: Le manque de PROTEINES! Il revient sans cesse (rires)… Alors que les protéines sont partout! Les légumes, les céréales. Une alimentation végétarienne équilibrée nous apprend à utiliser de nouveaux ingrédients de façon plus variée, et créative! 

Comment vous vient l’inspiration des magnifiques recettes que l’on peut voir sur votre carte?

Emilie: En fait, nous avons appris les bases de nos recettes grâce aux cours de Crudessence. C’est intéressant car, par exemple dans le cas des desserts, l’utilisation de cru implique qu’on obtient la texture finale…dès le début! Il faut donc faire de nombreux tests, modifier les recettes trouvées sur le net ou autres, pour obtenir un beau produit présentable sur notre carte ! Notre critère de sélection: goûter. Si c’est bon, on le propose! Des fois, notre clientèle nous encourage, l’automne passé, lors de l’événement Bouffe ton Centro (qui recommencera en ce début août), nous avions proposé des falafels comme bouchées. Les gens ont adoré et nous ont demandé de les ajouter au menu du restaurant. De la même façon,  de nouvelles salades repas ont été inspirés par nos clients à partir des bols vitalité  que nous proposions!

Quelle est ta recette favorite?

Emilie: J’adore les falafels que nous faisons, ainsi que les fromages de noix (5 CAD le pot au salon de thé!) que je conseille vraiment à chacun de découvrir ! Bon, il ne fond pas sur les pizzas, mais ils est quand même vraiment délicieux!

Sur un aspect un peu plus professionnel, à quoi ne t’attendais tu pas du tout en tant qu’entrepreneuse, qu’est-ce qui t’a le plus surpris?

EmilieAu début, nous voulions vraiment être un salon de thé. C’est la deuxième boisson la plus consommée au monde, mais on ne trouve pas beaucoup de salon de thé « à l’anglaise » au Canada! Les Canadiens boivent en fait beaucoup moins de thé que la majorité des gens dans le monde, celui-ci étant largement détrôné par le café. Pourtant il existe tellement de thés qui rappellent le café, avec des vertus tellement supérieures à ce dernier. Beaucoup de clients nous ont d’ailleurs demandé d’incorporer le café à notre carte; mais nous avons choisi d’encourager le thé, d’offrir la qualité.

Nous nous disions que nous essayerions en tant que salon de thé pendant un an, et que si l’entreprise ne fonctionnait pas, nous aurions malgré tout vécu une belle expérience et gagné un bel apprentissage! Je pense que l’état d’esprit dans lequel nous étions nous a aidé, nous n’avions ni quête de profits, ni attentes particulières; on aurait été satisfaites quand même et on serait passées à autres choses si l’entreprise n’avait pas marché. Pour réussir, nous avons du nous adapter et ne pas rester fixées sur l’idée d’un salon de thé. Aujourd’hui, nous avons une clientèle régulière et aussi toujours une clientèle nouvelle avec une curiosité croissante ! Entre deux fast food, notre objectif est finalement devenu de pousser les gens à chercher dans la restauration le réconfort d’un bonne « bouffe » maison!

C’était un pari ambitieux de se lancer dans une telle aventure à Sherbrooke, que pouvez-vous dire sur entrepreneuriat d’ici? Y-a t’il de la viabilité pour de telles entreprises dans une région où le marché végétalien est peut-être encore moins étendu que dans une ville comme Montréal où la communauté «  grano » est déjà vaste (mais bien sûr, la concurrence aussi !)?

EmilieJe suis née à Sherbrooke, c’est donc ici que je désirais développer mon plein potentiel tout naturellement. Peut-être un jour Montréal sera une option, mais pour l’instant, la demande est assez satisfaisante ici pour que nous ayons besoin d’employés supplémentaires (en service cet été!) et que nous ouvrions plus de soirs dans la semaine éventuellement!

En regard de ton expérience, que pourrais-tu conseiller à quelqu’un qui désire devenir son propre patron dans une ville où l’économie de quartier doit redoubler de créativité pour se faire une place de choix face aux industries?

EmilieJe dirais qu’il faut être prêt à s’adapter, être à l’écoute, ne pas se figer sur une idée comme nous aurions pu nous figer sur celle d’un salon de thé.  Ce n’est pas toujours facile, nous n’avions pas de formation, ne savions pas nécessairement comment gérer les rushs (heures de grandes affluences,ndlr). Il est mieux d’ouvrir le plus petit possible, quitte à prendre de l’expansion par la suite ! Au début nous n’avions pas de lave-vaisselle et avions seulement 1 réfrigérateur. Cela nous a permis de nous lancer avec un investissement de départ pas trop important. Nous avons par la suite ajouté un frigo, et l’été passé nous avons fait installé la climatisation ! Il est important d’investir là où on en a les moyens. Par exemple pour nous, la clim’ était nécessaire ainsi que l’amélioration des frigos. Mais les tables par exemple, elles ont été fabriquées par mon père à partir de palettes récupérées!

IMG_1244.JPG
Pour un thé de ce format et un service souriant hors-pair, comptez un petit 4,50 CAD.Vous en aurez pour votre voyage!

Aujourd’hui, quels autres enseignements tires-tu de ton expérience de créatrice d’entreprise?

Emilie: En regard de ce que je viens d’évoquer, je pense que j’ai appris:

  1. Qu’il faut être prêt à s’adapter tout en respectant ses valeurs .
  2. Qu’il est primordial d’être bien entouré.
  3. Qu’il ne faut pas hésiter à chercher des conseils: nous, nous nous sommes adressés au propriétaire du café Le Tassé (café de quartier dans l’Est de Sherbrooke), à des restaurateurs et à l’association des gens d’affaires de Sherbrooke qui nous a permis de rencontrer d’autres entrepreneurs et d’être rapidement à l’aise en tant qu’entrepreneurs…

Sans prétention, qu’est-ce qui fait finalement de vous des personnes inspirantes?

EmilieJe dirais que c’est le fait que nous soyons des personnes passionnées et désireuses d’offrir un service de qualité à leurs clients. Nous sommes ouvertes aux autres, compréhensives, et nous voulons peu à peu essayer de changer les choses pour vivre dans un monde meilleur; le bien-être physique et mental en étant la base.

Question Bonus ! En une phrase, quel conseil aurais tu pour une personne qui :

Désire se lancer dans un mode de vie plus végétal?

La façon la plus simple est d’incorporer plus de légumineuses à chaque repas, progressivement. Par exemple, en faisant un pâté chinois moitié viande, moitié lentilles. Cuisiner les légumineuses deviendra alors de plus en plus naturel.

Aspire à vivre des relations familiales harmonieuses?

Beaucoup d’écoute, de compréhension et d’ouverture aux autres sont nécessaires. On  voit tous le monde et les choses qui se produisent différemment, créer une harmonie entre les deux points de vue pour accommoder tout le monde est l’idéal. Ne pas vouloir imposer la vérité absolue, et considérer que la réflexion de chacun se vaut.

Souhaite se sentir bien dans sa peau?

Il faut je pense, s’écouter et prendre conscience de l’intuition qui nous guide. Par exemple, j’ai essayé de passer 2 mois sans manger de gluten ni de produits laitiers. Je sentais des bienfaits; j’ai perdu du poids, me sentais plus d’énergie… Mais en contrepartie, c’était plus difficile au quotidien car on retrouve des produits laitiers et du gluten dans une large majorité de produits alimentaires aujourd’hui… En somme, si c’est mon choix, je l’assume, mais si je trouve que cela ne me convient pas, j’écoute aussi mon corps et ma tête; je respecte mes limites.

A envie d’une bonne pause thé à Sherbrooke?

Un chai latte ou un matcha latte pour ceux qui ne connaissent pas, avec un peu de sucre, c’est un excellent début ! Nous faisons affaire avec la compagnie Camellia Sinensis pour le thé, qui est un groupe de 4 associés qui vont rencontrer les producteurs directement au Japon, en Chine, en Inde, etc… La majorité sont donc certifiés bio ! Il était important pour nous d’offrir des produits le plus bio et local possibles. Nous ne sommes pas encore à 100% bio, mais nous faisons affaire depuis peu avec la ferme Olistik maraîchère de Brompton, qui devrait être certifiée EcoCert Canada au mois d’août 2016. L’essence même de notre entreprise, c’est le frais, le local, et la qualité. Aussi, nous tenons au respect de l’environnement, nos contenants sont tous compostables. Bien sûr, nous n’avons pas le droit de faire du compost dans un commerce, alors nous ramenons les poubelles chez nous pour le faire ! Notre vision de la pause thé, chez la Folle Théière, c’est une vision globale.

1
Tous droits réservés @Ma Coach Grano 2016, Emilie (à gauche) et Martine (à droite) dans leur établissement enchanteur, La Folle Théière.

Merci à la belle Emilie et à sa famille pour cette superbe entrevue, un merveilleux moment d’échange avec une vraie merveilleuse personne!

Pour les joindre:

La Folle Théière, salon de thé et restaurant végétalien.

Adresse: Folle Théière, 304 King Ouest à Sherbrooke

Promotion actuelle pour les visiteurs: Pause vitali-thé pour le mois de juillet! Obtenez un matcha latté glacé ou un matcha frappé (avec crème glacé de riz à la vanille) à 15% de rabais!. Sur place où à emporter dans des contenants compostables (+1$).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s