Dossier d’Enquête n°0001 – La Food Co-Op

Voici un projet qui a pris sa source aux Etats-Unis et que m’a présenté ma fabuleuse maman ! Je ne connaissais pas du tout l’existence de ce modèle d’entreprise. Dans ma commune (et donc mon esprit), la Coop est une boutique dans laquelle les clients peuvent, moyennant quelques frais d’adhésion, prendre part au conseil d’administration (=avoir le droit d’assister à une assemblée générale annuelle) et  payer un prix de membre sur les produits vendus en magasin (qui est souvent le « juste prix » quand le prix non-membre est un prix gonflé allègrement).  

L’histoire du magasin collaboratif (COOP) aux Etats-Unis ou comment faire travailler vos clients pour vous?

Selon la légende, tout a commencé dans une boutique New-Yorkaise, menacée de faillite; les clients ont décidé d’aider bénévolement  à la coordination et la gestion du magasin afin de sauver le commerce d’alimentation biologique; la première « entreprise du peuple » était née ! Le modèle économique d’une des plus anciennes de ces coopératives, la Park Slope Food Coop à Brooklyn veut que chacun de ses membres adultes contribue au travail dans le magasin 3 heures par mois. En échange, les membres actifs peuvent s’approvisionner à la boutique. Les non-membres sont invités à visiter le magasin, mais ne peuvent rien acheter. De nombreuses initiatives entrepreneuriales suivent depuis ce modèle comme The People’s Supermarket de Londres qui lui n’oblige pas le travail volontaire en rendant possible d’acheter les produits à un prix plus élevé que les membres.

Les intérêts pour le client/bénévole:

  1. Payer ses produits biologiques beaucoup moins cher.
  2. Réseauter avec de nouveaux membres de la Coop.
  3. Développer de nouvelles aptitudes.
  4. Se sentir impliqué dans un projet de valeur.
  5. Avoir encore beaucoup de temps libre pour faire d’autres activités, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres formes de bénévolat.

Les intérêts pour l’employeur:

  1. Ne pas payer d’employés ni de charges sur ceux-ci.
  2. Disposer d’une main d’oeuvre quasiment illimitée (à condition d’avoir un bon plan marketing bien sûr).
  3. Concentrer tous ses efforts sur la qualité des produits et le contact avec les fournisseurs plutôt qu’à la prise en charge de nombreux employés.
  4. Déléguer les tâches et responsabilités à un ou deux employés coordinateurs des autres bénévoles.

Pourquoi ça fonctionne ? Parce que les gens aiment payer moins pour la qualité, autant du côté des clients que de celui des employeurs.

Pourquoi c’est prouvé ?  Parce que c’est un modèle « à la mode » qui est de plus en plus employé dans le secteur « événementiel » (levées de fonds, spectacles, rallyes,tournois, bootcamps et courses à obstacles ou même festivals…). On y propose aux potentiels clients d’œuvrer à titre de bénévole pendant le festival ou l’activité, ce qui lui donnera le droit d’y participer sans frais.

Continuer de lire « Dossier d’Enquête n°0001 – La Food Co-Op »